mercredi, avril 23, 2003

Alors comme ça je poste pas hein ?



Ben j'ai bien envie que celui-ci soit le dernier de mes posts.
J'ai envie de me faire du mal je crois ou bien tout simplement de terminer le travail d'autres.
Alors je vais me délester de quelques poids.

Par où commencer? Ah oui, je suis un abominable connard, le pire abruti que la terre ait jamais portée. Attention je ne suis pas dénué d'intelligence, j'étais même bon au lycée, même très bon. Après ça s'est un peu gâté mais bon c'est encore pas catastrophique. Non pour tout ce qui est de faire ou de dire ce que tout le monde fait ou dit, ça va j'arrive à m'en sortir. Mais je suis con d'une manière beaucoupl plus insidueuse, une manière d'être con qui laisse des séquelles, une qui vous donne une splendide tête de vainqueur.
Vous savez dans une soirée il y a toujours un gars qui porte toute la misère du monde sur sa trogne, dans le train y a toujours un pauvre gars qui fixe ses chaussures tout le long du trajet, à la caisse des magasins y a toujours un blaireau qui se laisse passer devant, entre amis, y a toujours un gars qui dit des conneries, bref y a toujours ce pauvre demeuré dont tout le monde dit, il est marrant, c'est un brave type.
y a toujours ce crétin invétéré qui hante tous les cercles sociaux, dont tout le monde dit qu'il est gentil et trop cool mais dont tout le monde aussi est bien content de ne pas avoir à le supporter minute après minute.
Vous savez celui qu'on regarde en se disant :"il a l'air tranquille, j'aimerais bien être comme lui" et puis après un petit temps : "ouais 'fin on sait jamais ce qu'on gagne, je suis bien comme je suis."
ben vous savez quoi, j'en suis même pas à ce niveau-là.

Moi je suis plutôt le gros connard. Celui qui ne dit jamais rien quand il ne connaît pas les gens. Celui qui ne dit que des conneries quand il les connaît. Celui qui arrive à faire croire aux autres qu'il existe. mais après quand on se demande:"mais au fait il fait quoi de sa vie finalement?" alors là s'ouvre le livre des mystères. Ou plutôt le manuel de l'oubli rédigé par un amnésique manchot. Il n'y a rien, absolument rien.
Oh ça n'a pas toujours été comme ça, rassurez-vous. Avant c'était ... pire. Maintenant le connard s'est trouvé des excuses, il a drôlement des bonnes raisons d'être aigri comme ça. ben non même pas, le connard est un connard point. (belle figure de style.)
Putain mais ma vie ne ressemble à rien, ou plutôt elle ressemble à tout. Oui elle ressemble à tout, en fait elle aspire tout, parce qu'elle est transparente. Elle est creuse, c'est une bonne chose, il y a plein d'espace à remplir alors? Non parce que la cape sans teint qui emmitoufle mon rien du tout est définitivement trouée.
Et ces phrases là, elles non plus elles n'ont aucun sens (on m'a toujours dit qu'écrire en pleurant ça ne servait à rien) et je m'en fous. oui je m'en fous et là j'arrive au deuxième point.

Je m'en fous oui. Je suis plus mythomane que l'ensemble des déités connues et inconnues. Juste à l'instant j'ai dit que je pleurais or ce n'est pas vrai. Ou plutôt pas tout à fait. j'ai des milliers de larmes qui traversent mon corps et ce qui fut mon coeur. Mais elles ne coulent pas au dehors, il y fait bien trop doux. Oui parce que voilà, j'ai oublié de dire, j'aime la douleur moi, j'aime souffrir moi, la mélancolie est ma maîtresse moi. Ce serait trop facile d'aller bien, de se dire que c'était une conne et qu'elle s'est foutue de toi. Non ça c'est méchant, ce serait trop facile de penser qu'elle n'était pas la bonne et que c'est la vie. Non ça c'est faux, ce serait trop facile, non ce ne serait pas trop facile, ce serait trop humain tout simplement de penser positivement.
Parce que moi je ne peux pas penser positivement parce que je vous le rappelle je suis un gros connard. Un gros connard égoïste.
Ah mais oui où ai-je la tête, j'allais oublier ça!

Je vous ai déjà dit que j'étais un connard? (mais pourquoi je dis vous, je parle tout seul, je délire). Oui mais attention je suis un connard conscient de l'être et je continue à l'être parce que je ne pense qu'à moi. Bien sûr penser et vouloir rendre quelqu'un d'autre heureux pourrait faire pencher la balance et laisser croire que je ne suis pas si égoïste mais que nenni, tout ça ce n'est pas vrai. Je suis un putain de chié de mégalomane. Tout ce qui m'intéresse c'est qu'on me plaigne et qu'on s'occupe de moi (pourquoi faire un "oueblog" autrement?). De toutes façons j'ai raison et je suis un connard. Et puis pitoyable aussi.

Ouais pitoyable parce que je ne fais rien de ma vie. D'un coup je me suis mis à tomber amoureux et alors j'ai devenu fou. (Ma syntaxe va très bien merci.) Du jour au lendemain j'ai passé tout mon égoïsme - qui se dissimulait jusqu'alors en faisant semblant de s'intéresser aux autres, à mes amis - à aimer une fille, une femme. L'on dit que l'amour rend aveugle, moi je suis devenu également sourd et con. Ah non, ça je l'étais déjà mais plus encore alors. j'ai égoîstement pensé qu'être attentif et amoureux, montrer qu'on l'est, vivre non pas pour ou avec mais vivre quelqu'un était une bonne façon de diriger son égoïsme à quelque chose de vrai. En fait je me rends compte que ce que j'appelle égoïsme devient petit à petit ce que d'autre appellent être, âme, vie. Bref je m'étais dit que c'était une bonne chose. mais j'avais oublié quelque chose. Je suis con et donc j'ai tort. Qu'importe ce que je peux faire ou penser, au bout du compte, j'ai tout faux, c'est tout l'avantage d'être un connard, au moins les causes ne sont pas à chercher bien loin... Et puis il faut croire que ça ne l'a plus amusée d'être au centre de ma vie comme ça. Faut dire être au centre de rien c'est grisant au début mais après ça devient glacial. Oh bien sûr, de la chaleur j'en donnais mais peut-être trop. Et puis comme je suis con, j'avais pas compris qu'il ne faut jamais rien donner, après l'autre croit que l'on n'est qu'un distributeur...

Et puis tout ça pour quoi finalement? En résumé je viens de reconnaître publiquement que je suis un minable, que j'ai aimé et aime toujours quelqu'un de beaucoup moins minable que moi, que je suis en train de m'enfoncer encore plus en déballant à la tête de n'importe quel surfeur infortuné qui aura eu le malheur de mettre quelques lettres assemblées maladroitement dans un moteur de recherche, en déballant donc ce pathétique constat de non vie.
Pire qu'un enfant, je pleure pour un caprice qui n'en est pas un. Je regrette des choses qui n'existent pas. Je crois à un monde qui ne verra jamais le jour. Je vis dans une terre qui a sombré il y a longtemps. Et je tourne je tourne je tourne. J'en ai marre de tourner. J'en ai marre de constater. J'en ai assez qu'on se foute de ma gueule ou qu'on s'en moque (c'est sans doute ça le pire). Et puis j'en ai assez de faire toujours semblant, de me faire croire même des fois que je suis.

Ne le croyez pas vous non plus, vous auriez tort.
D'ailleurs ne soyez pas ici, il n'y a vraiment rien à voir ni à constater.
ce post est une fiente, il se meurt tout seul. ce blog aussi et moi de même.

Tout compte fait ce sera le dernier post de cette foutaise de simili "truclog" comme font les autres. C'est désespérant.



[ C'est pas vraiment comme ça que j'envisageais la fin mais les fins à la con je commence à être habitué. D'ailleurs faut que j'en prépare une autre. ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

samedi, avril 19, 2003

Pas de titre.



Pas de Solenne.
Pas d'elle.
Pas d'envol.



[ Pas de souffle. ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

mercredi, avril 16, 2003

je sais pas...



... ce qui est le plus pesant entre ne pas savoir où l'on va ou être certain d'avoir totalement fait sombrer sa vie intérieure...
Le flou d'un certain espoir ou la limpidité d'un échec certain.



[ pourquoi continuer, je ne veux plus de cette vie-là mais je n'en veux pas d'autre ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

dimanche, avril 13, 2003

Try



Peut-être un concept à développer ... si j'ai le temps.



[ Elciol m'attend mais je suis fatigué encore ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

vendredi, avril 11, 2003

Je ne suis qu'un copiteur !!



Je ne suis qu'un copiteur oui !!
Sur le modèle fait par un gars de l'INSA j'ai fait ma carte magik...
J'ai trouvé ça marrant quoi... Faut pas m'en vouloir...







[ ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

jeudi, avril 10, 2003

Un peu pluie et c'était nous.



_ Petites gouttes d'eau qui courent sur le carreau de verre...
_ Lumière blafarde qui éclaire le wagon encore tout endormi.
_ Murs humides offrant un gîte précaire aux voyageurs amassés.
_ Sourires incertains et paroles atones, étouffées, étouffantes.
_ Mer grise, ciel ouvert, terre boueuse, terre promise.
_ Souvenirs d'un autre temps qui ruissellent.
_ Petite enfant enrhumée qui appelle.
_ Agents sur le quai, contrôle des billets. (avant l'embarquement! Moui pourquoi pas après tout...)
_ Vêtements trempés, coeur détrempé, essoré.
_ Souvenirs d'autres gens qui constellent. (flagellent ?)
_ Entrée de Mme Jacques qui composte, elle.
_ Les gens qui sentent le chien mouillé, les chiens qui sentent l'asphalte mouillé, l'asphalte qui sent le coeur de la terre, mouillé.
_ Plic.
_ Ploc.

Tout un tas de raison - qui n'en sont pas - d'aimer la pluie.



[ Qui, moi, étrange ??!! ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

mercredi, avril 09, 2003

Vous avez ...



... un nouveau message.
Pour l'écouter tapez 1.
Pour revenir au menu principal, revenez au menu principal.
Pour éteindre votre portable et diminuer le risque de cancer, saisissez votre téléphone mobile et lancez-le de toutes vos forces vers un objet massif de préférence près de l'endroit d'où vous vous trouvez.
Pour me faire part de votre entière satisfaction quant à nos services, n'hésitez pas à laisser un mot d'insulte sur ma messagerie sous-marine.
Pour .... putain mais vous avez rien d'autre à foutre de vos journées que de rester l'oreille collée à votre boîte vocale ??!!



[ Moi perso, je préfère attendre d'en avoir une quinzaine et après je les écoute tous d'un coup. le problème c'est que j'en ai jamais une trentaine. ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

lundi, avril 07, 2003

Non mais là quand même






Non sans déc', faut vraiment que j'aille chez le coiffeur là ...




[ Non parce que quand même là... ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

dimanche, avril 06, 2003

Forêts de sonnets

(à suivre)



Le sourire du mâtin

T'en souviens-tu démon demi dit
Gargouille infâme, sépulcre de mes nuits
T'en souviens-tu chimère de l'esprit
Monstre inommable, fantôme insoummis

Te rappelles-tu pantin sans âme
Que tu naquis de mon esprit
Te rappelles-tu par quel charme
Tu t'es rendu simple mépris

Comprendras-tu mâtin de cauchemar
Que ton sourire n'aura par de toi aucun dessein
Que l'aube et matin chassant ce soir
Il quittera ces lèvres dont j'efface le dessin



La première seconde

L'âme noble, le coeur allégé
C'est ainsi qu'en ce soir incertain
Apparut ce sourire charmé
Etoile filante mon futur son destin



A ma chère et chair

Souvenir, espoir et frénésie
Vous avez été sans trop tarder
Mentor de son naissant esprit
Et guide de ses pas peu assurés

Tendre chemin lui était déjà tracé
Alors tout en moi suffoquait de ne savoir
De ne pouvoir rien lui apporter
Que mon amour, le coeur de mes pensées
Ma fille, ma chair, mon sang, mes moires
Mon enfant, désir, besoin, nécessité

Ma chère qui n'a pas de prix
Ma seconde vie je te dis merci



Si me taire

Leurs mots seront mon cimetière,
Leurs silences seront mes clairières,
Dans leurs vers, je finirai rongé,
Les poètes bâtiront mon mausolée...



Suspension

...





[ Sans intérêt aucun ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

Juste pour dire



Pas grand chose de nouveau, juste pour dire que je me suis amusé à refaire les premières pages de mon site et que j'y ai ajouté une page avec des textes notamment, le début d'Elciol et d'autres trucs sans intérêt...

Au fait vu que je suis hébergé sur chez.com, je pense que certains d'entre vous remarqueront que cet hébergeur comme d'autres sites ont la fâcheuse habitude de vous envoyer à la gueule des fenêtres de poupup, en veux-tu en voilà... Alors si ça vous fait chier conceptuellement, je vous propose ce médicament ou celui-là si certains de ses composants sont allergènes pour vous. En revanche si ce problème vous fait chier plus litéralement, je vous conseille ceci...



[ voilà voilà voilà ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

vendredi, avril 04, 2003

Notes pour plus tard



J'ai remis le titre pécédent parce que le projet Elciol n'avait pas grand chose à voir avec ce log.
Il faut que je refasse mon template, qu'il soit un peu plus propre mais ça fait longtemps que j'ai pas touché un code html moi...
Il faut que je me remette à écrire aussi mais c'est compliqué et ça commence à me faire peur.

Puis il faut que j'arrête de parler, euh d'écrire tout seul comme ça, ça ne rime à rien...



[ ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

Eh toi là-bas, d'où tu sors ?!



En rentrant de mon boulot, dans le train, trois jeunes gens (mort de rire), une fille et deux garçons vraissemblablement d'environ 20 ans, discutaient de leurs origines et de leurs préférences en matières de petit(e)s ami(e)s... Les marocains sont les plus beaux ou sont-ce les algériens ? Voilà en gros le fond de leur débat...
Même si je n'avais rien à faire dans cette conversation, leurs questionnements (jugements ?) m'intriguent. Je ne pensais pas qu'à l'heure actuelle encore, des gens pouvaient choisir de s'intéresser à d'autres uniquement sur un à priori ethnique.

Je ne vois pas trop l'utilité d'étaler toutes mes idées sur le sujet ni de m'étendre longuement mais j'aimerais juste poser une question. Le plus important à votre avis, c'est d'où viennent les gens ou bien c'est où ils vont ?



[ C'est sûrement pas ce genre de discours qui fera avancer le schmilblick en vérité ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

mercredi, avril 02, 2003


A Madame X...
En lui envoyant une pensée



Au temps où vous m'aimiez (bien sûr ?),
Vous m'envoyâtes, fraîche éclose,
Une chère petite rose,
Frais emblème, message pur.

Elle disait en son langage
Les " serments du premier amour ",
Votre coeur à moi pour toujours
Et toutes les choses d'usage.

Trois ans sont passés. Nous voilà !
Mais moi j'ai gardé la mémoire
De votre rose, et c'est ma gloire
De penser encore à cela.

Hélas ! si j'ai la souvenance,
Je n'ai plus la fleur, ni le coeur !
Elle est aux quatre vents, la fleur.
Le coeur ? mais, voici que j'y pense,

Fut-il mien jamais ? entre nous ?
Moi, le mien bat toujours de même,
Il est toujours simple. Un emblème
A mon tour. Dites, voulez-vous

Que, tout pesé, je vous envoie,
Triste sélam, mais c'est ainsi,
Cette pauvre négresse-ci ?
Elle n'est pas couleur de joie,

Mais elle est couleur de mon coeur ;
Je l'ai cueillie à quelque fente
Du pavé captif que j'arpente
En ce lieu de juste douleur.

A-t-elle besoin d'autres preuves ?
Acceptez-la pour le plaisir.
J'ai tant fait que de la cueillir,
Et c'est presque une fleur-des-veuves.

verlaine




[Madame x ouais...]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives

mardi, avril 01, 2003

Une journée fabuleuse



Ce matin, quand mon réveil a sonné, j'ai tout de suite su que ce serait une journée pas comme les autres. J'étais réveillé avant même que "l'eau vive" ne retentisse par le haut-parleur de mon portable.
Après avoir pris une rapide petite douche et m'être habillé, je me suis regardé dans le miroir et pour une fois je ne me suis pas trouvé si mal, voire même plutôt beau. Etrange.
Puis le train, sur le quai, je sentais que celle-ci me regardait, tandis que celui-là semblait me considérer de façon étrange. Au moment de s'engouffrer dans le wagon, il m'a bousculé mais s'est tout de suite excusé comme si j'étais quelqu'un d'important. Je me suis senti grand tout à coup, ... et respecté même.
Pendant le trajet elle ne m'a pas quitté du regard et en descendant du train (elle descendait avant moi) elle m'a fait un grand sourire, rien qu'à moi. J'ai presque rougi.
Puis je suis arrivé, et au boulot. Tout s'est passé correctement aujourd'hui, toutes mes manip's ont marché (même si elles ont un peu traîné et que j'ai du prendre le train de 18.41 à cause de ça), tout a été tranquille et serein. Mon maître de stage m'a même dit que ça le changeait un peu du stagiaire précédent et qu'il était plutôt satisfait.
Puis de nouveau le train, un petit garçon qui regardait mon grand manteau noir et qui semblait impressionné quand je me suis levé, je lui ai fait un clin d'oeil et il a semblé ravi (moi aussi je l'étais à ce moment-là), il s'est malicieusement caché derrière le jupon de sa mère en souriant jusqu'aux oreilles.
Le train est parti et décidément aujourd'hui je devais avoir un charme fou puisque des jeunes filles (ados je suppose) n'ont pas arrêté de glousser et de se retourner toutes gênées à chaque fois que mon regarde se posait sur leur petit groupe.
Et en rentrant, je me sentais bien, presque important. Une journée simple, sans évènement, mais plein de petits clichés de bonheur, une journée ... fabuleuse.


Ben quoi, vous vous êtes fait avoir tout connement, c'est le premier avril aujourd'hui grands bénêts !!



[ ben oui hein j'en vois déjà qui font "je me disais aussi..." ]

L'instantanné (précédent log qui a été coupé)

Mes anciennes anciennes archives